13 Janvier 1944 :

Le Vent d’état soufflera treize fois !

 

Photographe de l’indécence… je vous hais.

« Voyez l’enfant nu électrocuté par des séries de chocs incessants sur sa tête hébétée qui transpire l’incompréhension ; il regarde l’humanité à la respiration compulsive et ses agissements figés dans les ordres. Cobaye précoce d’un nazisme pas encore éteint. Bouche ouverte, j’avale l’expérience par la bave.

La science, parfois, n’a point de limites : elle fouille le crâne de l’enfant. A-t-il des trésors cachés? Sait-on jamais. Orange mécanique était à la traine. Orange mécanique c’était les années cinquante… Nul besoin de crimes en surface : trop voyant ; mais en profondeur, c’est mieux, plus discret. Allez humains, un petit effort, dressez le drapeau des souffrances. Science sans conscience n’est que ruine de l’enfance…

De cette situation incompréhensible et terrifiante, de ce petit corps électrifié à la pointe des technologies mutilantes de l’époque, l’enfant, crucifié, sel sur la tête, porteur d’un courant rédempteur, s’est mis à vibrer, puis à chanter des louanges, les dents figées dans l’étau, avec des petits cris plein de crachats, « t’es où Papa… t’es où ? »… Puis dans un ultime sursaut de reconnaissance, je suis venu me nourrir à la source des foudres bienfaisantes. L’enfant a fait de ce jeu de massacre un retournement spectaculaire dans les tréfonds des naissances lointaines. 
L’électricité au corps venait de naître, avec ses multitudes de coeurs en ouverture stellaire greffés dans mes poitrines. Ne me demandez pas, humains, d’où j’extrais mes secrets qui dansent sur des fluides électrifiants qui culminent au sommet de la pyramide de glace. Ne me demandez jamais d’où j’extrais l’ampérage brûlant de mes énigmes, bien gardées au fin fond de mes mémoires glaciaires, cela je vous l’interdis.
 L’institut médico-légal de Lyon m’ouvrit ses portes pharaoniques – j’avais sept ans – avec ses corps ouverts et recousus dans les frigos du temps perdu. C’est bien là, en cet endroit, que les enfants rescapés d’après-guerre attendaient leur tour pour une électrocution en règle ; les médecins légistes, sur des lois criminelles en avaient décidé ainsi, mais ils n’étaient pas seuls dans cette horreur assermentée. La définition du genre avait un nom : électro-choc… électro-choc mon Amour !

Il fallait bien mourir un jour pour renaître de mes cendres et trouver enfin mes issues de secours dans les couloirs du Phénix où la Mort me souriait… Mon site vous parlera de cette escapade bien méritée, une dissidence qui danse, et n’en finit pas de danser.

Je dédie cet écrit à tous les enfants de la Guerre, passée, présente et à venir, sans oublier, si la mémoire vous fait défaut, à ces enfants, à nos enfants génocidés en Allemagne par de multiples expériences parfaitement humaines, expériences faites dans la blancheur immaculée des blouses. Cela vous choque ? J’en suis comblé. Alors je vous prie, entendez ce murmure, ce chuchotement de toutes ces âmes étoilées qui chantent le blues.

 « IL EST INTERDIRE D’INTERDIRE DE NE POINT MOURIR ! » ©

.

C’est fait…

© Hors Humain.

CLIQUER POUR ACCÉDER AU PODCAST

ROBERTO CLEMENS GALLETTI DI CADILHAC,

ET LE HORS HUMAIN PRÉSENTENT :

 

« AUTOPSIE À GRANDE ÉCHELLE,

POUR UNE ENVOLÉE DE CŒURS STELLAIRES ».

 

Le HORS HUMAIN sur les ondes de FRANCE CULTURE pour l’émission : « L’EXPÉRIENCE : L’électricité au Corps », le 17 novembre 2019.

Une heure d’émission sur l’émouvante Immortalité combative d’un enfant de la Guerre  qui a survécu grâce à ses Souffles électrifiants. Un Souffle inouï qu’il a mis en action dès son plus jeune âge… et pour cause ! – Ce Souffle aux multiples Vagues, aux multiples effets, qui provoque les lois des impensables décisions, voyagera en direct sur la Planète Terre et ses habitants HERTZIENS, HERTZIENNES, prenez garde, il va y avoir du Charivari dans l’air…

L’Art réplique instantané du Sniper Stellaire :  un Exo souffle de l’Inouï aux formules secrètes. L’Énigme est mon Royaume…

 

« Les Cœurs de nos Mères ont leurs raisons de disparaître que la raison ne connaît pas…

Quant à moi, sachez  que j’ai  laissé mon propre coeur au vestiaire des souvenirs ».

© Le Hors Humain.


ORANGE MÉCANIQUE : LA GÉNÈSE !

 POUR UNE RÉSURRECTION AU ZÉNITH, MISE EN SCÈNE PAR LE HORS HUMAIN.

Vues : 1228